Europa city :

une nouvelle fracture sur le territoire de la Plaine de France.

De l’est du Val d’Oise jusqu’au nord de la Seine-saint-Denis, aucune population de la petite couronne de l’Ile de France, ne se voit imposer autant de contraintes ayant un impact sur le mode de vie et la santé. Les structures liées aux transports fracturent le territoire depuis l’autoroute A1 et l’aéroport du Bourget, jusqu’aux couloirs aériens de l’aéroport de Roissy ; les nuisances sonores qui les accompagnent de même que la dégradation de la qualité de l’air s’aggravent continuellement accentuant encore les inégalités.


Ajouter demain une enclave totalement artificielle et bien étrangère aux préoccupations des habitants, au beau milieu de ce territoire ne peut pas être admise comme un aménagement pérenne des conditions de vie des habitants de la Plaine de France. Alors que de Gonesse à Aulnay-sous-Bois, l’emploi doit être une priorité pour tous, le préfet de la région Ile de France affirme pour sa part au cours d’un débat sur les métropoles le 23 mars 2016, son choix pour Europa City et la disparition des commerces situés de « l’autre côté de l’autoroute » en Seine-saint-Denis… « commerces d’un autre temps ».


Alors que tous les grands projets de ce type ont déjà montré leurs limites, comme le centre commercial Aéroville voisin, il est encore temps que l’Etat entende les populations des territoires dans leurs préoccupations vitales et reprenne enfin son rôle d’organisation du territoire, au lieu de se transformer en aménageur. Les enjeux d’aujourd’hui sont bien  de préserver les emplois existants avant de donner l’illusion d’en créer de nouveaux, d’éviter que nos espaces de respirations ne se transforment en friches commerciales suite annoncée des friches industrielles.

 

Un débat rythmé en mai

Retour AccueilAccueil.html